Trouver le personnel approprié : pourquoi les RH sont-elles essentielles aux petites et moyennes entreprises de l’industrie bioéconomique canadienne?

Toutes les petites et moyennes entreprises (PME) de biotechnologies du Canada qui ont accumulé le plus de capital ou conclu les partenariats les plus réussis au cours de l’année écoulée ont un point commun : des employés de haut niveau.

« Les secteurs de la biotechnologie, tels que l’industrie agroalimentaire et le développement durable, constitueront bientôt des défis d’envergure mondiale. C’est pourquoi le Canada doit se montrer avant-gardiste pour conserver sa place de leader mondial dans le domaine des biotechnologies », a déclaré Rob Henderson, le directeur administratif de BioTalent Canada, dans un article intitulé Building the Bio-economy, paru le 22 mars 2012 dans le National Post. « Les pays ayant accès aux bassins de talents les mieux alimentés dirigeront le reste du monde », a-t-il ajouté.

De nombreuses entreprises de ce secteur, qui requiert d’être hautement qualifié et de posséder des connaissances techniques approfondies, sont en concurrence pour trouver des personnes disposant d’un socle de compétences particulières. Le rapport entre l’offre et la demande de personnel qualifié est suffisamment déséquilibré pour que ces personnes soient convoitées par les PME. À mesure que la population canadienne vieillit, les entreprises œuvrant dans le domaine des biotechnologies rivalisent pour combler le vide créé par les départs à la retraite de leurs employés.

Dans son rapport d’activités 2008, intitulé Meeting the HR Needs of the Canadian Bio-economy (Répondre aux besoins en ressources humaines de l’industrie bioéconomique canadienne), BioTalent Canada confirme que l’industrie des biotechnologies n’est pas épargnée par cette hémorragie de talents. Le rapport indique que 34,4 % des entreprises de biotechnologies interrogées souffrent d’un manque de personnel qualifié i .

Une source de talents inexploitée à Vancouver, en Colombie-Britannique

Le Canada ne peut plus répondre, à lui seul, à la demande de personnel qualifié en biotechnologies. De ce fait, l’industrie élabore actuellement une stratégie axée sur le recrutement de professionnels formés à l’étranger (PFE), appartenant à la population immigrante vaste et variée du Canada.

 

Lisez d’autres articles comme celui-ci
Accélérer l’intégration des immigrants dans les biotechnologies
Les non-scientifiques derrière une bioéconomie en plein essor
Mise en valeur de la main­d’œuvre : titres de compétences étrangers et secteur canadien des sciences de la vie

Chaque année, environ 35 000 personnes arrivent des quatre coins du monde pour s’installer en Colombie-Britannique, où les immigrants forment déjà une partie importante de la population (un tiers des habitants de Vancouver)ii .

Selon une enquête sur la population active réalisée en 2010, 41 % des immigrants de la Colombie-Britannique sont titulaires d’un diplôme universitaire et 28,2 %, d’un certificat d’études post-secondairesiii .

Ces PFE représentent un large bassin encore inexploité de chercheurs, de techniciens et d’autres scientifiques formés à l’étranger. Si on leur en donne la chance, ils pourraient constituer l’ingrédient qui fera d’une PME « l’entreprise de biotechnologies numéro un ». « Les PFE sont des personnes expérimentées et prêtes à travailler qui peuvent apporter de nouvelles perspectives et de nouvelles connaissances, et même attirer de nouveaux clients potentiels », a affirmé M. Henderson.

Des ressources humaines pour l’industrie bioéconomique canadienne

L’un des autres défis relatifs au personnel que devra relever l’industrie bioéconomique canadienne repose sur le fait que la majeure partie des employeurs du secteur privé (plus de 75 %) sont des PME.

Si l’on tient compte de la grande valeur accordée à l’interne à l’innovation et la commercialisation et le peu de ressources ou de personnel consacré aux ressources humaines (RH), trouver des candidats appropriés devient d’autant plus compliqué pour les PME des biotechnologies.

Une des méthodes adoptées par les entreprises pour surmonter ce défi consiste à créer des ressources en vue de faciliter le processus de recrutement des PFE. En tant que conseil sectoriel, BioTalent Canada détermine les compétences particulières dont les employeurs ont besoin, met ces employeurs en relation avec des personnes qualifiées, et leur fournit les outils nécessaires pour gérer leurs ressources humaines de manière efficace. Son rôle est de fournir à l’industrie bioéconomique canadienne le personnel qualifié dont elle a besoin pour assurer la pérennité de sa réussite à l’échelle mondiale.

Pour en savoir plus sur les programmes et les outils de BioTalent Canada, consultez le site www.biotalent.ca

i Répondre aux besoins d’effectifs de la bioéconomie – Rapport des réalisations 2011,BioTalent Canada
ii http://www.canadavisa.com/fr/about-british-columbia.html
iii Enquête sur la population active, 2010, Statistique Canada