Compétences compatibles du secteur de la bioéconomie–Trouver les employés qui ont les atouts nécessaires

Alors que les économies de partout dans le monde changent et progressent à un rythme de plus en plus effréné, la bioéconomie émerge comme un secteur de grande croissance dans des pays tels que le Canada. Si elle veut maximiser son potentiel, elle doit toutefois accéder à du personnel de talent apte à pourvoir les postes. Or, plusieurs des compétences recherchées ont été perfectionnées dans les secteurs traditionnels qui font parfois maintenant l’objet d’une transition.

Combler les lacunes en matière de compétences

BioTalentCanada travaille de concert avec les intervenants de l’industrie afin de définir les compétences actuelles et futures, de repérer les personnes qui détiennent ces compétences et qui sont prêtes à intégrer le secteur de la bioéconomie, puis à favoriser leur transition.

Dans le cadre de son Programme de reconnaissance des biocompétences, BioTalentCanada aide les professionnels formés à l’étranger à définir les compétences compatibles dont la bioéconomie a besoin pour leur permettre d’obtenir le titre BioFin prêtMC.

Le titre BioFin prêtest un sceau reconnu dans l’industrie, décerné par des professionnels du secteur de la bioéconomie comme KathaleenStrong, une spécialiste des RH détenant des années d’expérience dans des secteurs tels que l’aquaculture et la transformation des aliments. Celle-ci siège au Comité d’examen BioFin prêtdepuis2012, étudiant le portfolio des chercheurs d’emplois qui veulent mettre leurs compétences à profit dans un secteur prometteur caractérisé par une forte croissance.

«Nous avons grandement besoin d’une infrastructure qui incite les gens à réfléchir à l’éventail de compétences qu’ils détiennent et nous sommes ravis que BioTalentCanada soit un chef de file en la matière, indique MmeStrong. J’ai toujours travaillé dans les provinces de l’Atlantique, et je sais que les personnes qui résident dans les régions rurales n’ont pas souvent accès à de nouvelles options si elles veulent changer d’emploi.»

Ouvrir de nouveaux horizons

MmeStrong a examiné le portfolio de nombreux candidats BioFinprêtset constate que la qualité des dossiers fait état des compétences à la fois solides et variées que l’on retrouve au Canada aujourd’hui. «Je suis une professionnelle des RH et j’ai travaillé à la formation de la main-d’œuvre et à l’élaboration de descriptions de poste. Quand j’examine ces portfolios, j’essaie de fournir la rétroaction que les recruteurs et les intervenants des RH recherchent. Il s’agit d’abord de connaître l’ensemble de compétences dont on dispose et de savoir comment en faire état», ajoute-t-elle.

DeborahRose abonde dans le même sens. Une bonne partie de sa carrière s’est déroulée dans un secteur traditionnel de la fabrication. Elle a appris à définir et à promouvoir ses compétences compatibles grâce à son titre de BioFin prêtlorsque l’usine de fabrication, au sein de laquelle elle travaillait depuis 14ans, a fermé ses portes.

«On m’a conseillé de monter un portfolio de biocompétences, ce qui m’a ouvert les yeux sur toutes les compétences dont je disposais sans jamais y avoir vraiment pensé, précise MmeRose. C’est l’occasion de réfléchir à toutes les choses que l’on peut faire et qui peuvent s’avérer intéressantes aux yeux des employeurs.»

«J’ai cheminé longtemps dans le secteur traditionnel de la fabrication. Or, une bonne partie des tâches quotidiennes que j’exécutais alors font également partie intégrante du secteur de la biofabrication, poursuit MmeRose. Les mesures de désinfection, l’utilisation de produits chimiques et la conformité aux normes véhiculées par les inspecteurs du gouvernement font partie de mon ensemble de compétences. Maisje ne m’y attardais pas, elles représentaient simplement des facettes de mon travail».

Dans bien des cas, l’obtention du titre BioFin prêta permis aux gens de s’épanouir selon leurs aspirations. Selon MmeRose, l’autoévaluation l’a incitée à réfléchir aux compétences informatiques qu’elle avait perfectionnées dans le cadre de son travail. Elle suit maintenant une formation visant à renforcer ses compétences en la matière et à rehausser son profil.

Compétences, connaissances et expérience: les ingrédients essentiels à la croissance de la bioéconomie

En travaillant avec les employés potentiels et les spécialistes de l’industrie, BioTalentCanada met l’accent sur les compétences traditionnelles existantes qui répondent à des besoins réels en matière de RH dans le secteur actuel de la bioéconomie. Nouveau membre, PeterGrier siège au Comité d’examenBioFin prêtdepuis2013. Il met à profit l’expertise qu’il a acquise en tant qu’ingénieur chimiste et de directeur de la fabrication au sein de Novozymes à Ottawa.

«J’ai déjà évalué environ cinqportfolios au cours de mes premiers mois d’exercice et je trouve le processus passablement rigoureux. Malheureusement, ce ne sont pas tous les candidats qui obtiennent le titre, mais les membres du Comité d’examenBioFin prêtutilisent la section de rétroaction pour indiquer ce qui peut manquer au portfolio ou ce qu’il faut faire pour se voir décerner le titre BioFin prêt», explique-t-il.

Et quels avantages retirent les membres du Comité d’examen BioFin prêt? Un accès direct aux nouveaux venus dans la bioéconomie canadienne et aux professionnels actuels qui recherchent de nouvelles possibilités d’emploi au sein de l’industrie ainsi qu’une information de première main sur les nouveaux candidats disponibles et triés sur le volet et à laquelle ils ont accès avant les autres membres de l’industrie, pour n’en nommer que deux. Dans un secteur à forte croissance où le personnel talentueux est un atout essentiel, ceci peut vraiment conférer aux employeurs un avantage sur leurs concurrents.

Vous voulez obtenir le titre BioFin prêt? Vous aimeriez siéger au Comité d’examen BioFin prêt? Appelez-nous dès aujourd’hui ou accédez à https://dev.biotalent.ca/fr/biocompetences/commencezen vue d’amorcer votre démarche.

Bulletin:

Microscope RH, mai 2013